Réseaux sociaux
Up

Galerie

Interview avec « Star Exclusif »

AccueilDossiersInterviews2008

Ton album est arrivé dans les bacs en juin 2007. Tu en as sorti trois en seulement trois ans. Tu ne perds pas une minute…

Les choses se sont enchaînées très vite, c’est vrai. Nous avons commencé à enregistrer en début d’année et nous avons terminé l’album en seulement trois mois. Mais, en toute honnêteté, on n’a pas vraiment réfléchi à ça quand on s’est mis au travail. »


Tu n’as jamais eu le sentiement de te presser ?

Non, absolument pas. Il y avait une bonne énergie. Tout s’est enchaîné naturellement, sans urgence. On a fait un album incroyable en très peu de temps. Au final, je suis contente parce qu’il y a vraiment de belles chansons avec des influences très variées. Chaque titre a son style, sa personnalité… Ça le fait !


La compétition est omniprésente dans ton métier. Les artiste n’ont vraiment pas le droit de faire de faux pas. As-tu ressenti une certaine pression en travaillant sur ce nouvel opus ?

Oui, bien sûr, d’autant plus que j’avais envie de casser cette image de la petite fille innocente, qui se dégageait des deux premiers albums. Mais, de toute façon, à chaque fois que j’entreprends quelque chose, je me mes la pression pour que ce soit encore mieux que la fois précédente. En revanche, j’évite de penser à la compétition. Ça ne sert à rien. Je préfère mettre ça de côté et regarder droit devant, sans me prendre la tête.


Pourquoi as-tu choisi d’intituler l’album « Good Girl Gone Bad » ?

C’est une façon de symboliser ma liberté. Je voulais que le titre de l’album reflète mon état d’esprit du moment, aussi bien dans ma carrière que dans ma vie personnelle. La chanson Good Girl Gone Bad est d’ailleurs très directe. On se la prend en pleine face.


Serais-tu devenue une rebelle ?

En fait, je crois que je l’ai toujours été. Je vis comme j’en ai envie et je me fiche de ce que les autres attendent de moi. Je dirais même que j’ai l’esprit de contradiction. Quand on m’impose des choses, j’ai tendance à faire tout l’inverse. Et, à vrai dire, la plupart du temps, ca me réussit donc je n’ai pas l’intention de changer.


Pour quelle raison as-tu choisi d’ouvrir l’album avec le titre « Umbrella » ?

C’est une chanson assez différente de celles que j’ai pu interpréter avant donc j’ai pensé que ce serait intéressant de démarrer avec pour présenter au public mon nouvel univers. C’est le genre de titre qui rentre bien dans la tête des gens. Il est pêchu. Je l’aime beaucoup.


Le clip est plutôt sympa aussi…

Oui, on y a accordé une attention toute particulière. Ca aurait pu être un clip narratif car le message est assez clair mais je n’avais pas envie de ça. J’ai pensé que ce serait plus sympa d’aller au-delà. Je voulais des images fortes, cool, artistiques et très graphiques, qui symbolisent la nouvelle Rihanna.


Pourquoi as-tu choisi de l’interpréter en duo avec Jay-Z ?

A vrai dire, ça s’est fait un peu par hasard. Au départ, ce n’était pas prévu du tout. Il n’était pas question d’une collaboration comme celle-ci. J’ai commencé par enregistrer le titre seule parce qu’il me plaisait beaucoup. Quand Jay-Z l’a entendu, il a vraiment adoré. On a eu envie de le retravailler ensemble juste pour le plaisir. On a essayé et le résultat était génial donc, finalement, on a gardé la deuxième version.


Tu as changé de look également. Tu deviens de plus en plus femme et de plus en plus sexy… Est-ce que c’est calculé de ta part ?

Non, justement. Je n’ai jamais rien planifié de cet ordre. Je ne travaille pas particulièrement mon style. Avec les fringues, je marche plutôt au coup de cœur. Mon image change peu à peu. Elle évolue naturellement, avec la maturité, et je ne m’en préoccupe pas plus que ca. En tout cas, elle est en phase avec l’album et avec ce que je pense être aujourd’hui. C’est le principal et c’est ce qui compte le plus pour moi.


Tu n’es plus vraiment nouvelle dans le métier. Tu vas avoir 20 ans au mois de février. Comment appréhendes-tu ta carrière à ce jour ?

Je suis vraiment ravie de tout ce que je vis. Tout est arrivé comme un tourbillon, à vitesse grand V. C’est assez hallucinant. Mais c’est aussi fatiguant parfois. J’essaie de me ressourcer dès que j’en ai l’occasion. Il m’arrive d’avoir envie de rentrer chze moi pour faire un break et me reposer vraiment. Et à côté de ça, j’aime ce que je fais donc je me donne à fond. J’essaie de profiter au maximum de la chance qui m’est donnée.


Tu vis à Los Angeles aujourd’hui. Ta famille habite loin. Trouves-tu quand même le temps de lui rendre visite à la Barbade, quelquefois ?

C’est vrai que nous sommes assez éloignés par la distance. Je ne rentre pas à la Barbade aussi souvent que je le souhaiterais car j’ai un planning plutôt chargé. En moyenne, je m’y rends environ trois fois par an. Mes proches viennent me voir aussi, même si ca n’arrive malheureusement pas souvent. Mais on reste en contact autant que possible. D’ailleurs, j’essaie de leur parler tous les jours au téléphone. Ils sont très importants pour moi : ils participent à mon équilibre.


On dirait que tu passes ta vie à bosser. As-tu malgré tout des moments à toi, pour sortir et t’amuser en dehors de la musique ?

Pas vraiment. Mais quand j’en ai, je les savoure ! Dès que j’ai quelques heures de libres, j’aime aller au cinéma, sortir avec ma meilleure amie, jouer au bowling, faire du shopping et aller au restaurant. Mais, en ce moment, j’avoue que ce n’est pas vraiment d’actualité. Je trouve à peine le temps de dormir. J’essaie de me reposer dans l’avion ou dans la voiture entre mes rendez-vous.


Beaucoup de jeunes filles rêvent de devenir chanteuses, comme toi. As-tu un conseil à leur donner ?

Il faut savoir que ce n’est pas facile de s’imposer dans ce milieu. Il faut bosser à fond. Assurez-vous que c’est vraiment ce que vous voulez faire car si ca n’est pas le cas, ca risque d’être horrible à vivre. Ne vous laissez pas aveugler par les paillettes. Ce métier n’est pas aussi glamour qu’il n’y paraît. Par contre, si vous savez que c’est votre truc, il faut continuer à croire en vous. Ne vous découragez pas et foncez !


Comprends-tu les jeunes qui tentent leur chance à travers des émissions comme la « Star Academy » ?

Oui, complètement. D’ailleurs j’ai déjà participé à l’émission. Chanter est une passion et quand tu as vraiment envie d’en faire ton métier, tu es prêt à tout. S’il faut passer par une émission comme celle-là, tu le fais. Je ne vois aucun problème là-dedans. La télévision est un moyen comme une autre de se faire connaître, alors pourquoi pas ?


Comment as-tu envie que les gens te perçoivent ?

J’ai envie qu’ils me voient telle que je suis. Avant, j’avais toujours eu le sentiment qu’on ne me comprenait pas. Mais maintenant, j’ai moins de réserve qu’à mes débuts et je pense que le public arrive mieux à me cerner. Je prends des risques et je m’expose de plus en plus. Je sais qui je suis, où j’en suis dans ma carrière et dans ma vie…


Tu penses que c’est l’une des raisons pour lesquelles ca continue à bien marcher pour toi ?

Évidemment, je suis persuadée que les gens le sentent. Ils savent que je fais de la musique, sans prétention. J’ai juste envie qu’ils écoutent des bons sons et qu’ils s’éclatent. Finalement, c’est tout ce qui compte, non ?