Réseaux sociaux
Up

Galerie

Interview avec « Harper’s Bazaar »

AccueilDossiersInterviews2012

En août 2012, les fans de Rihanna découvrait sa magnifique séance photo pour le magazine « Harper’s Bazaar », ainsi que les scans de ce dernier.


Bien qu’elle ne soit pas vraiment une gentille fille, Rihanna n’est pas aussi mauvaise que tu le penses.
 
Rihanna est assise au restaurant « Giorgio Baldi », à Santa Monica, où elle vient plus souvent que certains serveurs, en train de parler de gâteaux d’anniversaire. Plus particulièrement, le plutôt infame « Birthday Cake » — remix d’un titre de son album qu’elle a sorti plus tôt cette année, en featuring avec un certain Chris Brown. À ce moment, tout ce qu’on pouvait se demander c’est: « pourquoi ? »
 
« Et bien, j’étais couchée dans mon bus de tournée alors que nous venions juste de finir d’écouter l’album [« Talk That Talk »], » dit-elle. « Et j’ai dis à mon manager que je ne voulais pas perdre ce rythme. J’ai commencé à me creuser la cervelle, ‘avec qui pourrais-je faire cette chanson ?’ Et j’ai pensé que ça serait malin de faire ça avec un homme. Je me suis demandée, ‘qui peux être cochon, quelqu’un dont les gens vont vraiment croire ?’. Elle a songé à Trey Songz, « mais toutes ses chansons parlent de sexe. Il ne serait pas si choquant. »

Elle a donc choisi Chris Brown, qui, comme tout le monde le sait, l’a brutalement frappé en 2009, la nuit avant les « Grammy Awards ». Et c’était [une décision] choquante, OK. Mais c’était aussi — elle tient vraiment à le souligner — une décision musicale. « La musique est la musique, et mes fans me demandaient de faire un titre avec lui. » J’ai senti qu’il était temps. Il était temps. » En ce qui concerne les réactions négatives, elle « ne les a sérieusement pas vu venir. Et puis merde, c’est quoi leurs problèmes ? Ils sont sérieux? Je n’arrivais vraiment pas à comprendre. »
 
« Après tout cela, je n’ai pas osé tourner le dos à ce titre. Je n’ai pas osé, » continue t-elle, prouvant qu’il y a aussi une businesswoman dans ses bagages. « Je ne l’ai pas mis sur iTunes car peu importe ce que ce titre allait donner, cela se ferait grâce aux appels des fans aux radios pour qu’elles la jouent. Qu’il devienne numéro deux était incroyable. Les fans auraient pu dire, « nous n’avons rien à voir dans tout cela. »
 
Mais bien que Rihanna ait été choqué, elle n’est certainement pas sourde. « Écoute, j’ai compris que les gens avaient tous les droits de se sentir concernés par cela, » dit-elle. « Mais je ne l’ai pas vu de ce cette manière parce que j’ai une place différente. »
 
Depuis sept ans maintenant, grâce à son extraordinaire créativité — moyennant un album par an — et la fascination presque rituelle des médias, Rihanna, 24 ans, est au top. Elle a fait sa place au milieu d’une couche d’artistes féminines — Beyoncé, Lady GaGa, Katy Perry — qui détiennent les clés de la culture pop. (« Lorsque j’oubliais mes cas d’école, j’écoutais Beyoncé ! » dit-elle en rigolant.) Ses presque 20 millions de followers sur Twitter, avec qui elle discute activement (« j’apprend beaucoup d’eux — ils me gardent branchée, ils me gardent cultivés »), sont juste une partie de sa loyale tribu, ou « Rihanna Navy ,» comme elle les surnomme. On regarde tous, et elle le sait.
Donc bien que Rihanna puisse être coquine, c’est une erreur de supposer qu’elle ne sait pas ce qu’elle fait. Elle est autant analyste qu’aient provocateur.
 
En février dernier, alors [qu’elle était] blonde avec des racines noires tout à fait rock’n’roll, elle est apparut aux « Grammy Awards » dans une robe « Giorgio Armani » à fine bretelle simple mais provocante. « J’avais une idée, une attitude, » explique t-elle. « C’était Michelle Pfeiffer dans « Scarface ». Sa démarche était si absurde, si naturelle. Rien ne semblait être plus fort qu’elle. »
 
Rihanna n’a pas loué « Scarface » sur « Netflix » pour se préparer sur ce classique; elle le regardait avec son père, durant son enfance en Barbade. Ce qui est bizarre, oui. « La chose dont je me souviens dans « Scarface » c’est la scène finale. Le rouge. Mon père me l’a fait regarder. Je regardais des films d’horreurs pour adultes et des films d’action. » La jeune Rihanna était aussi fan de lutte. « Il me faisait regarder ça tous les samedis aussi. » « The Undertaker » était son préféré: « dans un cercueil, tu sais, toutes ces choses bizarres. » Elle hausse les épaules. « Mon père pensait que j’étais un petit garçon. »
 
Rihanna répond à une question concernant la mode, mais sa réponse dit tout: cette fille est arrivée là où elle est, pas seulement grâce à son talent, son ambition et de la chance, mais aussi en ayant « l’attitude » d’un homme. « Les garçons, les garçons, » se souviens-t-elle, « mes frères, mes cousins. Je voulais leurs baskets, leurs pantalons. Je voulais m’habiller comme eux. » Ce soir, durant son dîner de 23h, c’est un peu le cas. Elle porte une jupe « Helmut Lang », un haut « Topshop », « Nike Air Jordan 12 Playoffs ». Tout, comme ses cheveux, est noir. « La couleur noire est mon sex-appeal, » dit-elle. « C’est tout.»
 
Rihanna travaille sur son sex-appeal depuis des années. Durant son enfance, elle ne regardait pas « Scarface » parce que son père le lui avait demandé; c’était un outil. Sa meilleure amie, Melissa Forde, dit, « pour être honnête, elle l’étudiait. Elle est très, très passionnée et concentrée. Lorsqu’elle me parlait de « Scarface », elle se souvenait de tout. »
 
Et ces jours ci, elle a tout. Rihanna a une attitude — et beaucoup. Rihanna traine avec une équipe de garde du corps, d’amis, un directeur créatif, et des assistants, et a souvent des heures de retard. Mais elle est un peu tracassée aussi. « Je ne suis pas bonne pour me faire des amis, » constate t-elle. « Je suis une personne que l’on peut approcher, mais je ne vais pas vers les autres. J’aime observer les gens avant de faire un effort. » Il y a un également un caractère soutenu intéressant à son langage, [cela vient] peut être de son éducation inspiré du modèle britannique en Barbade. Elle appelle les vêtements des « garments ,» par exemple, et pour chaque email de sa part qui dit « c’est un truc de fooooooouuuuu ! », il y en a un qui dit « pour le créateur de mon collier, veuillez vous adresser… »
 
Rihanna, comme les autres membres de la planète célébrités, doit vivre à la fois à l’intérieur et à l’extérieur d’elle-même. Lorsque nous nous sommes rencontrés, le dernier incident qui provoqua les moqueries venait d’avoir lieu, alors qu’elle était photographiée en train de visiblement rouler un joint — sur la tête de son garde du corps — au festival de musique « Coachella ». (Au dernière nouvelle, tout ce qu’elle a dit, est « cela a marché. ») Et alors que Rihanna ne sera jamais invisible, elle espère de temps en temps que cela soit le cas. « J’ai pensé, ‘que ferais-je si personne ne savait qui j’étais ? » dit-elle. « J’ai fais le vide autour de moi. C’était juste moi et la musique et la scène, et je me suis éclatée. »
 
Bien sur, la jeune femme de 24 ans est connue pour aimer s’amuser, mais lorsque tu es une personne célèbre, des fois les attentes sont différentes. La veille, Rihanna a brutalement répondu à une critique sur Twitter (« @Rihanna est probablement l’un des plus mauvais exemples à suivre ») en disant « cela n’existe pas ! Soit tu es un bon exemple, soit tu ne l’es pas !».
 
Bien sur que la gentille fille peut devenir mauvaise — « un enfant ne croirait jamais qu’un fer est chaud jusqu’à ce qu’il le touche. C’est comme cela que j’ai beaucoup appris » — mais on pourrait se demander s’il n’y a pas un élément sexiste à cette critique. Après tout, la carrière de Snoop Dogg est aussi connue pour les moments où il était défoncé. « Lorsqu’une fille grandit, tu dois faire la vaisselle, tu dois réaliser la plupart des tâches — il y a un niveau de responsabilité qui contrôle les femmes, » dit Rihanna. On m’idolâtre en tant qu’exemple et je n’ai jamais demandé cela. Je veux juste faire de la musique et être créative. Voilà ce qu’elle voulait dire avec ce tweet frustrant: « si les gens me considèrent encore comme un exemple, il doit bien y avoir quelque chose que je fais bien ! Tu ne peux absolument pas dire les pires choses sur moi et continuer à m’appeler un modèle. Tout ce que je fais, c’est être moi-même. »
 
Pendant que Rihanna vit sa vie en public, elle travaille en privée. Demande lui quand elle est rebelle et quand elle est prudente et sa réponse sera succincte: « rebelle à travers ma musique, mon style, mes tatouages et mes cheveux. Je suis prudente dans ma vie amoureuse. » Comment ? « Et bien, elle est quasiment inexistante. Si je tombe sur quelqu’un de cool, je vais sortir avec. Mais à la minute où je sens que nous devenons trop proches, je, je ne les laisse pas rentrer [dans ma vie], » explique t-elle. « Et ce n’est pas bon, c’est quelque chose dont je ne suis pas fière. Mais c’est un endroit qui a été touché auparavant. Lorsque j’étais amoureuse, c’était vraiment fort. J’étais vraiment, vraiment, vraiment amoureuse. Ce que je ressentais était inestimable. Et en un clignement des yeux, ma vie entière a changé. Tout ce que je connaissais était différent. Je n’aurai jamais pensé vivre cette souffrance dans ma vie. J’ai peur de revivre cela à nouveau. »
Étant donné qu’il n’y a jamais vraiment eu de fin à sa relation avec Chris Brown, c’était « comme tomber d’une falaise, » dit-elle. « Mais au moins, percuter le sol est une sorte de connexion avec quelque chose. Même lorsque je rencontre des personnes maintenant, je reviens à ce sentiment. Je ne veux pas perdre mon temps. »
 
Et Rihanna ne perd pas de temps. [Après] avoir réussi ses débuts au cinéma, dans le film d’action « Battleship », elle a récemment tourné dans « The End Of The World », une comédie de Steth Rogen, doublé une voix dans un dessin animé, planifier la sortie de son prochain album et tournée, et développer une ligne de vêtements après une collaboration réussie avec « Armani ».
 
Elle continue à la fois de pousser et de peaufiner son style personnel, en se prenant d’affection autant pour les combinaisons dissolues de Stella McCartney que les mini jupes de rock-star. Rihanna est amie avec la créatrice depuis qu’elles se sont rencontrées dans les coulisses d’un concert à Londres, il y a quelques années. « Elle a la tête sur les épaules avec une liste monumentale d’exploits à son actif pour un si jeune âge, » dit Stella. « La voir mûrir et devenir ce qu’elle est, c’est inestimable. » Rihanna appelle souvent Stella McCartney pour lui donner un « ton, et elle [Stella] aura une idée. »
 
C’est un échange auquel tient Stella McCartney. « Elle peut prendre quelque chose qui est chic et sophistiqué lors des défilés de mode et lui donner un côté urbain, une attitude et de la fraîcheur. »
 
« J’approche la mode très spontanément, » dit Rihanna en balançant ses Jordans sous la table. « Chaque jour, je me réveille avec une toute nouvelle attitude. J’ai toujours envie de faire des essais. Des fois, j’ai envie de faire des choses décontractées, je vais donc à l’aéroport en ne ressemblant à rien. »
 
Concentrons-nous sur le côté sexy. Plus grande que tu ne le penses — elle pointe à environ 1.72 mètres — Rihanna s’est transformée depuis sa dernière tournée, bien qu’elle n’ait rien fait pour. C’est une fille qui mange des Cheetos et boit du coca à longueur de journée. « Je ne sais pas s’il se passe quelque chose avec mon corps en ce moment, mais je mange de tout dans la vie, » dit-elle, en riant. Elle a posté une photo égrillarde d’elle en bikini sur une machine elliptique à Hawaï, en janvier dernier, mais « c’était la première et dernière fois que je faisais de l’exercice cette année. Bien que je perde du poids, ce n’est pas ce que je souhaite. Je veux avoir un corps. Mon cul me manque. Il a disparut ! J’ai besoin de fesses. J’ai une idée de ce que je voudrais, mais on est loin de ce résultat aujourd’hui. »
 
A quel moment s’est elle sentie pour la dernière fois, selon ses mots, la Bomb.com ? « Aujourd’hui, lors de la séance photo ! » dit-elle tout en éclatant de rire. « Dans cette robe blanche Calvin [Klein]. Je me suis sentie belle. Et je ne dis jamais cela de moi. Je me suis vraiment sentie jolie. »
 
Mais ce soir, elle est toute de noire vêtue. Le sex-appeal, tout le temps. Elle pense à tout ce qu’elle a accompli. « Et je refuse toujours de croire que j’ai tant prouvé, donc je dois continuer, » dit-elle. « Je ne perdrai pas. »
Alertée par son garde du corps de la présence de paparazzis devant le restaurant, elle met une couche de gloss pour rejoindre son 4×4 sur le parking. Alors qu’elle est bombardée par les flashs, elle se retourne vers les photographes et crie d’un ton autoritaire, « à genoux, fils de pute ! ».
 
Au premier coup d’œil, l’orgueil démesuré typique des rappeurs. Mais alors qu’il revient dans le restaurant, un des serveurs crie allègrement, « elle a utilisé mes mots ! ».