Réseaux sociaux
Up

Galerie

Interview avec « Rolling Stone »

AccueilDossiersInterviews2013

Ainsi, une superstar de la pop entre dans un comedy club. En réalité, le terme « se glisser » serait plus approprié. Elle y est entrée discrètement par la porte arrière, à 22 heures pile, s’est dirigée tout droit vers la table de coin et s’est glissée sur la banquette en cuir brun, vêtue d’un jeans Lee délavé avec un cœur rouge cousu sur la poche arrière, tel un tatouage. Ses longs cheveux ombrés sont rasés du côté gauche, à la Skrillex, et elle porte son propre parfum (le troisième, « Nude », aux extraits de goyave et de santal). « Un cocktail Jack and Ginger, s’il-vous paît », demande-t-elle à la serveuse.


Ce vendredi soir, nous sommes au « Laugh Factory », sur Sunset Boulevard, à West Hollywood. Dane Cook est la tête d’affiche du spectacle ; des hommes portant leur chemise sortie de leur pantalon font la file devant le bâtiment. Rihanna n’a aucune raison particulière d’être là, mise à part pour combler son besoin de décompresser de ces derniers jours durant lesquels elle a énormément travaillé. Souvent, lorsqu’elle souhaite se relaxer, elle se rend à Koreatown, le quartier coréen de la ville, pour faire un karaoké avec ses amies, boire quelques shots de Tequila et tuer « Livin’ on a Prayer » ou de vieux tubes de No Doubt. Mais ce soir, elle avait envie de passer au « comedy club ». Pour être honnête, elle était censée répéter pour sa prochaine tournée mondiale, mais étant donné qu’elle collabore depuis peu avec un nouveau directeur musical qui réorganise actuellement l’équipe, elle aurait dû rester assise et attendre – ce que le PDG d’une marque internationale si rentable n’accepte pas.


Rihanna n’a pas encore mangé, elle parcourt donc le menu et choisit des ailes de poulet. Elle demande également du ketchup, mais la serveuse fronce les sourcils et lui répond : « Je suis désolée mais nous n’avons pas de ketchup. Je peux peut-être vous apporter de la sauce salsa ? ». « Vous n’avez pas de ketchup ? C’est dommage ! ». Mais Rihanna n’est pas difficile et fera donc sans ketchup. Une fois servie, cette dernière se jette littéralement sur son plat. Elle semble un peu défoncée.


Le spectacle va bientôt commencer. Sur scène, un des premiers comiques, Jeremy Hotz, un Canadien d’une quarantaine d’années vêtu d’un pull à capuche – un de ces acteurs à la mine triste qui enchaîne les petits rôles au Omaha Funny Bonne depuis une dizaine d’années – commence à se plaindre de la récente vague de froid qui s’est abattue sur Los Angeles. « Nous avons eu l’hiver pendant ces deux putain derniers jours ! Je ne me suis pas déplacé jusqu’ici pour patauger dans ce merdier. Bordel ! », s’exclame-t-il. « Oui ! Ca m’a tellement saoulée ! », lui crie Rihanna avec enthousiasme.


Jeremy Hotz ne semble pas l’entendre mais il se frotte les yeux pendant plusieurs minutes, comme s’il avait été accablé par la terre entière et continue : « Ca t’est déjà arrivé de dire tout haut ce que tu dois faire, comme un con ? ». Rihanna laisse alors échapper un autre cri et lui répond en chuchotant : « Je fais ça TOUT le temps quand je suis défoncée ». Son visage se ferme, comme si elle se concentrait. « Genre, ok … voyons voir … parfum ! ».


Elle est plutôt bon public pour une star. Elle rie pratiquement à toutes les chutes. Elle rigole également à plusieurs reprises lors des préparations. Elle apprécie les blagues salaces, les blagues sur le physique et l’expression « tea bag » (qui désigne les testicules d’une personne qui se trouvent dans la bouche d’une autre). Parfois, elle rie tellement fort qu’elle doit saisir quelque chose : la table, son genou, le bras de son voisin, etc. Son plus grand fou rire de la soirée a été déclenché lorsqu’un comédien a comparé la taille de son sexe à celle d’un Miel Pops. Suite à cette étrange blague, Rihanna s’effondre de rire. « Hahahaha ! Un Miel Pops », hurle-t-elle de rire. Elle rigole tellement qu’elle en tombe littéralement de la banquette et passe les quelques minutes suivantes à reprendre son souffle et à essuyer ses yeux pleins de larmes. Sa meilleure amie, Mélissa, assise une rangée devant elle, se retourne et la regarde, tant à dire « t’es sérieuse, ma fille ?! ».


Parfois, certaines maladresses sortent de la bouche des comédiens. Dane Cook présente un des ses sketches dans lequel il affirme que les femmes ne devraient pas prendre des photos d’elles nues parce que ce n’est pas classe. Rihanna ne rigole plus (Faites une recherche sur Google et vous comprendrez pourquoi). Plus tard dans la soirée, un autre comédien présente alors un sketch qui parle de l’usage inapproprié du mot « viol » (par exemple, après avoir fini un sandwich). Rihanna ne rigole toujours pas. Ce même acteur débute un autre sketch par ces mots : « Les gars, peu importe ce que vous faites, n’essayez pas de battre votre copine ». Pendant quelques secondes, un silence s’installe à la table. Il ajoute alors « dans une dispute par texto ». Là, elle craque. « Hey, ce mec est vraiment mauvais », lance-t-elle à voix haute.


Alors que le spectacle touche à sa fin, elle se lève avant tout le monde et se dirige vers l’arrière de la salle, là où Jeremy Hotz, le Canadien triste, se trouve, debout, mains dans les poches, comme un garçon de 10 ans. « Au revoir ! Merci d’être passée ! », bredouille-t-il timidement en baissant les yeux. La plus grande pop star de la décennie se retourne et le regarde fixement. « Toi, tu as été formidable ! ».


Dehors, vêtue d’un blazer à épaulettes couleur menthe, Rihanna tremble dans le froid de Los Angeles. « C’était vraiment amusant ! J’ai passé un excellent moment !». Elle a l’intention de rentrer chez elle pour se reposer. Elle monte alors dans sa Cadillac Escalade afin que son chauffeur la reconduise. Puis elle se rend dans un club de West Hollywood et passe la nuit avec Chris Brown.


Chaque mois de novembre depuis quatre ans, Rihanna sort un nouvel album. C’est une nouvelle tradition d’automne aussi sûre que Thanksgiving aux États-Unis. Les feuilles d’arbres changent de couleur, les différents championnats de football reprennent et l’album de Rihanna se vend à plus d’un million d’exemplaires. Le dernier en date, « Unapologetic », a été son premier album classé premier au hit-parade et a été créé sur un coup de tête. « Nous n’avions même pas prévu de sortir un album l’année passée », explique-t-elle quelques jours plus tard. « Mais après six mois, j’ai eu envie de retourner en studio. Faire de la musique, pour moi, c’est comme faire du shopping. Chaque chanson est un peu comme une nouvelle paire de chaussures. J’adore celles que j’ai, elles sont toutes géniales … mais où est la nouveauté, là-dedans ? ». Comme dirait son ancien producteur, L.A. Reid, « elle ne chôme pas ».


Pour Rihanna, cela ressemble vraiment à du shopping. Elle réunit quelques compositeurs de génie, tels que Dr. Luke ou The Dream, et ils passent plusieurs semaines à concocter des tubes, avec ou sans elle. Rihanna choisit ensuite les morceaux qu’elle préfère et y ajoute sa touche personnelle. Ses goûts sont formidables. Les chiffres sont tellement énormes qu’ils en deviennent presqu’ennuyants : 12 titres classés numéro un en à peine 6 ans, le record du nombre de titre téléchargés dans l’histoire (100 millions et ce n’est pas prêt de s’arrêter …), 3,2 milliards de vues sur YouTube. Elle a conquit l’air du temps grâce à une force et une puissance incommensurables et impitoyables. Elle est devenue la terreur du Top 50.


Ce soir, elle dîne dans son restaurant favori, le Giorgio Baldi, un établissement italien familial situé à proximité du Pacific Coast Highway. Elle mange ici environ trois fois par semaine. Cela pourrait être plus, mais le restaurant ferme le lundi. Ils ont toujours une table pour elle et Marco, le serveur, sait qu’elle adore le parmesan et qu’elle déteste les truffes. Elle commande pratiquement toujours un spaghetti sauce tomate et des calamars frits en entrée. Une fois que Rihanna aime quelque chose, elle s’y tient, même si ce n’est pas parfait. « Il faut que je travaille là-dessus. Petit à petit. », explique-t-elle.


Aujourd’hui soir, elle avait deux heures de retard, ce qui est récurrent. Marco le sait ; il ne lui proposera pas les plats du jour car « il les aura oublié avant qu’elle n’arrive !» (Ah, ces Italiens !). Quand elle arrive enfin, avec sa paire de Manolos à 700 dollars et son parfum eau de marijuana, elle semble un peu fatiguée. « Mon corps est étrange. Je me suis réveillée à l’aube et j’ai du mal à m’endormir. Je pense énormément. », dit-elle en dépliant sa serviette. Sur le chemin, elle a fait sa deuxième sieste de la journée. Rihanna s’est installée dans ce quartier il y a quelques mois et elle mentirait si elle disait que la présence de ce restaurant dans les environs ne l’avait pas aidée à choisir cet endroit. Des bons petits plats à emporter à proximité … Avant, elle vivait à Beverly Hills, dans une maison qu’elle n’a jamais vraiment aimée. « La piscine était un vrai cauchemar. Le fond était bleu foncé et le tout ressemblait plus à un lac qu’à une piscine.», nous explique-t-elle. Sa nouvelle maison possède aussi une piscine, mais celle-ci a un fond bleu clair. Une piscine normale, en d’autres termes.


Son plat de calamars arrive et nous commençons à discuter de son jet privé. Peut-être en avez-vous entendu parler: dans le cadre de la campagne marketing de son 7e album, « Unapologetic », la chanteuse a affrété un Boeing 777 et a voyagé pendant 7 jours et a fait escale dans 7 pays différents, avec 250 fans et journalistes dans son sillage. Au début, tout se passait bien, jusqu’à ce que les bloggeurs, qui s’attendaient à un voyage glamour au frais de la princesse, passent des heures sur le tarmac, sans eau ni douche. Je lui demande alors si elle a suivi cette histoire en ligne.

« Quoi ?! », s’exclame-t-elle, comme si elle entendait parler de cette histoire pour la première fois. « Je savais que certaines personnes s’étaient énervées mais je ne m’en suis rendue compte qu’à la fin ».

« Vous n’avez pas entendu parler du reste de l’histoire ? Ils n’ont pas pu dormir, ils n’avaient rien à manger, ça sentait mauvais, … On a d’ailleurs frôlé l’émeute ! », dis-je.

« À bord de l’avion ? C’est dingue !».


Je lui ai alors demandé comment cela s’était passé pour elle. « Oh, j’ai passé un agréable moment. L’adrénaline n’est jamais retombée pour moi. J’ai profité de chaque seconde et cela a beaucoup apporté à cet album – et c’était bel et bien le but premier ».


Dans un sens, ce voyage a récemment reflété une grande partie de sa vie : le fiasco d’une relation rapidement devenue publique et dont on beaucoup parlé, ce qui a énormément apporté à cet album. Des photos nues sur Instagram, des portraits d’elle un joint à la bouche et des échanges de Tweets aguicheurs avec l’homme qui l’a envoyée à l’hôpital. Elle est presque devenue un personnage de Lena Dunham dans la série Girls quand il s’agit de déballer ses choix de vie et d’en discuter publiquement. Lena Dunham elle-même pense que Riri fout tout en l’air : « cela m’a brisé le cœur » a déclaré la réalisatrice, le mois dernier, à propos de la relation entre Rihanna et Chris Brown. La chanteuse avoue également qu’elle a appelé cet album « Unapologetic » en réponse à tous ceux qui pensent qu’elle devrait être un meilleur exemple. « Je ne pourrai jamais conseiller à une fille de 10 ans de s’inspirer de moi parce que je sais que je ne suis pas parfaite et ce n’est pas pour cela que j’ai choisi ce métier ».


Son mentor, Jay-Z, dit que tout cela fait partie de la transition vers l’âge adulte : « elle va repenser à certains de ces moments et se dire ‘’Pourquoi ai-je fait cela ?’’ explique-il de manière générique et non spécifique. « Je pense que c’est génial. La vie est ainsi : arriver à un stade de sa vie et faire des mauvais choix, des erreurs. Cela aurait été beaucoup moins intéressant si elle avait été un de ces robots formatés. »


Récemment, sa plus grosse provocation a été sa réconciliation avec Chris Brown, qui s’est ressentie dans sa vie mais aussi dans sa musique. Le clip de « We Found Love » sorti en 2011 est une vidéo assez difficile à regarder : elle met en scène un sosie de Chris Brown agrippant le visage de la chanteuse dans une voiture ; la couverture de son nouveau single « Stay » – une magnifique ballade qui parle visiblement aussi de Chris Brown, titre qu’elle a d’ailleurs magnifié lors de sa prestation au Saturday Night Live) – montre les deux amants entrain de s’enlacer. Et puis, il y a une autre chanson, « Nobody’s Business », un duo entraînant et troublant qui défend leur relation. D’une certaine manière, il s’agit de la continuité d’une tradition musicale datant de plus de 90 ans, de l’époque de Bessie Smith (« Je préfèrerais que mon homme me batte » / « Plutôt que de le laisser se lever d’un bond et me quitter » / « Ce ne sont les affaires de personnes/ – 1923). Mais, contrairement à la photo de Rihanna, visage tuméfié, la photo de Bessie Smith n’a jamais été publiée sur TMZ…


Dans certains cas, Rihanna paraît plus que son âge, dans d’autres, c’est tout le contraire. Elle n’ira jamais dans le Château Marmont car elle a peur des fantômes (« Tu peux le sentir, mec ! C’est un endroit hanté). Elle apprend toujours à aimer les sushis et les légumes et elle connait parfaitement une phrase dans une langue étrangère (« Necesito un pene » – on en reparlera plus tard). Cependant, elle est également capable de rire d’elle-même – comme lorsqu’une conversation dérive vers une rumeur publiée dans un tabloïde qui affirme que Rihanna s’est disputée avec son amie Katy Perry lorsque cette dernière a commencé à fréquenter John Mayer. « Katy a parfaitement le droit de sortir avec qui elle veut. En plus, je ne me permettrais pas de dire quoique ce soit sur sa vie », dit-elle. « Je ne pourrais pas non plus donner des conseils en matière de relation amoureuse à qui que ce soit », ajoute-t-elle en riant.


Alors que Marco fait la vaisselle, Rihanna parle de sa nouvelle collection de vêtements qui sera lancée ce mois-ci : « c’est sexy et vif, tout en restant simple ». Elle dresse aussi la liste de tout ce qu’elle souhaite faire durant sa tournée, comme rattraper son retard dans la série Breaking Bad et prendre des cours d’italien grâce au logiciel Rosetta Stone qu’elle a reçu il y a deux ans. (« Tout arrive en même temps »). Elle embraye sur le cadeau qu’elle a offert à la petite Blue Ivy, la fille de Beyoncé et de Jay-Z : une version miniature de la veste qu’elle portait lors d’une apparition dans l’émission X-Factor – puis sur sa volonté de materner un jour. « Bien sûr que oui ! », s’exclame-t-elle en rigolant peu après. « Mais j’aimerais pouvoir les commander ».


Vient alors l’addition.


Le Pacific Palisades est un des quartiers les plus chics de Los Angeles – quartier où vivent, entre autres, Steven Spielberg, Tom Hanks, Matt Damon et les couples Garner/Affleck et Bünchen/Brady. La maison de Rihanna, une bâtisse en stuc coincée dans le flanc d’un canyon comme un fromage du Trivial Pursuit, est l’une des moins discrètes. Deux Cadillac Escalade sont garées dans l’allée, à côté desquelles sont postés des gardes de sécurité. Dans le garage se trouvent une Jeep Wrangler noire et une Porsche décapotable argentée, deux voitures offertes par Jay-Z. Cela dit, elle n’en a jamais conduit aucune des deux vu qu’elle n’a pas encore son permis. « Cela arrivera en son temps ».


À l’intérieur, attablées dans la cuisine, deux de ses amies et une cousine, toutes trois Barbadiennes, sont en train de manger des Kellogs et discutent avec un accent caribéen très prononcé. Elles semblent être sûres d’elles, des filles qui ne s’en laissent pas conter. Rihanna dit qu’elle est la plus heureuse du monde lorsqu’elles sont là : elles sortent, rigolent, font des blagues et s’insultent amicalement à n’en plus pouvoir s’arrêter. Elles font aussi fortement ressortir l’accent de Rihanna. L’une d’elles, Melissa, est la meilleure amie de Rihanna depuis leurs 14 ans, lorsque la chanteuse portait encore des baskets et des shorts très masculins. La star nous raconte : « elle m’a appris à porter des talons, à me maquiller, à me coiffer, à me mettre du vernis, … elle avait des seins et tout ce qu’il fallait ! ». Cependant, même Mélissa n’avait pas le droit de lui parler de Chris Brown. « Je me disais juste ‘’pourquoi s’en préoccuper ?’’ Personne ne vit ce que je vis. Personne ne comprendrait. »


À côté d’elle se trouve un colis à son nom : une bouteille de Cognac D’Ussé, la marque de Hov, alias Jay-Z, ainsi qu’une note de celui-ci: un grand « j » bouclé écrit de sa propre main remplissait tout l’espace de la carte. « Ohhh ! », s’exclame-t-elle en la rangeant avec les autres bouteilles d’alcool. Sur le mur derrière elle, des douzaines d’étagères à vin encastrées dans le mur s’étendaient sur plus de quatre mètres de long. Une bouteille de Charles Shaw Cabernet, également connu sous le nom de Trader Joe’s Two-Buck Chuck, se trouvait sur chaque planche. Rihanna me surprend entrain de les examiner, elle esquisse un large sourire, hausse les épaules et me dit : « Elles accompagnaient la maison ».


Elle fouille dans la cuisine à la recherche d’un sachet de Hill’s Hot Balls, une sorte de petits choux au fromage épicé, tout droit venus de la Barbade, se fraie un chemin dans le hall d’entrée et passe devant une statue romaine, des photos de Bob Marley et un portrait de Marylin Monroe réalisé en cristaux Swarovski. Elle s’arrête devant sa chambre pour prendre une veste, tout en se gardant de faire remarquer le faux sapin de Noël dans un pot et le coussin décoratif floqué de mots « FUCK YOU », se dirige vers le patio et s’assoit à coté de la piscine d’un bleu clair et délicat. Nous discutons durant quelques minutes et je lui demande où elle était la nuit dernière et elle me répond : « je trainais au studio avec Chris ».


Leurs retrouvailles étaient vraiment dans l’air du temps. En mai 2011, ils ont commencé à se suivre à nouveau sur Twitter. En février dernier, pour ses 24 ans, Rihanna a sorti une chanson, « Birthday Cake », en duo avec Chris Brown qui commence son couplet par ces mots : « Meuf, j’ai envie de te ba*ser maintenant ». En août, elle a dit dans l’émission d’Oprah Winfrey qu’elle aimait encore Chris Brown. En octobre, dans un communiqué de presse, Chris Brown a affirmé qu’il avait rompu avec sa petite amie parce qu’il ne voulait pas la voir souffrir à cause de la relation amicale qu’il entretenait toujours avec Rihanna. Le jour de Noël, la presse les a repérés, assis l’un à côté de l’autre durant un match des Lakers. Le lendemain du Nouvel An, ils ont tous les deux posté des photos prises depuis le lit du chanteur sur Instagram.


Lorsque nous parlions de cette histoire il y a deux ans, Rihanna gérait cette relation avec grâce et élégance. Elle refusait de parler longuement de leur relation car cela n’en valait pas la peine selon elle, mais elle disait qu’elle tenait encore à lui et qu’elle lui souhaitait le meilleur. Comparez maintenant la réaction de Rihanna à celle de Chris Brown : le lendemain, ce dernier est devenu fou furieux après qu’on lui ait posé des questions à propos de son ex et a été jusqu’à déchirer son t-shirt en coulisses et casser une fenêtre avec une chaise. Rihanna a été très claire : elle ne se remettrait pas avec lui et elle ne lui adresserait plus la parole, mais elle ne voulait pas que cette histoire entache sa carrière.


Au final, qu’est-ce qui a changé ?


Dehors, pelotonnée dans son long manteau recouvrant ses Reebok montantes rouges et noires, elle semble plus petite et plus frêle que la Rihanna que tout le monde connaît. Elle raconte avoir été furieuse contre Chris Brown pendant très longtemps, qu’elle voulait qu’il sache ce que c’était que de la perdre, qu’il voie les conséquences que cela entraine. Elle conclut qu’elle ne voulait plus le revoir après ce qu’il lui avait fait. « Donc, quand cette merde qu’est l’amour est revenue, ça m’est tombé dessus comme une masse. Genre, mon Dieu, vous vous foutez de moi, là. Mais j’ai été honnête avec moi-même : je ne pouvais pas refouler mes sentiments ».


Elle sait qu’elle s’est exposée à toutes sortes de critiques en se remettant avec lui. « J’ai décidé qu’il était plus important pour moi d’être heureuse et je n’allais pas laisser l’opinion de quiconque influencer mon choix. Même si c’est une erreur, ça sera MON erreur. Après avoir été tourmentée pendant tant d’années, à être négative et broyer du noir, je préfère vivre comme je l’entends, quitte à encaisser toutes les critiques. Je peux y arriver ! »


Je lui ai demandé si je pouvais être honnête avec elle. « Je ne suis pas votre ami, je ne prétends pas savoir ce que vous vivez mais je pense que comme moi, beaucoup de gens ont été contrariés lorsque vos vous êtes remis ensemble.


Elle comprend et acquiesce. « Lorsque vous ajoutez les pièces qui viennent de l’extérieur, ce n’est pas le puzzle le plus mignon au monde. Vous nous voyez marcher quelque part, conduire, nous retrouver en studio, en boîte de nuit et vous pensez tout savoir mais, maintenant, tout est différent. Nous n’avons plus ce genre de dispute, nous pouvons parler de tout et de n’importe quoi. Nous tenons l’un à l’autre. Nous savons exactement où nous en sommes maintenant et nous ne voulons pas tout perdre.


« Bien sûr, je suis d’accord avec vous, mais on a vu Chris Brown maudire et menacer des gens. On le voit s’énerver et briser des objets. On ne peut s’empêcher de penser : ‘’Mon dieu, ce gars n’a pas changé’’ ».


Elle acquiesce à nouveau et ferme les yeux. « Je sais que ça sort de cette façon chez lui et que ça ne l’aide bien évidemment pas. Il a été hors de lui pendant tout un temps et avait l’impression qu’il ne pourrait jamais s’en sortir, peu importe ce qu’il faisait. Je pourrais vous citer une multitude de raisons pour lesquelles j’ai reconsidéré le fait de le laisser faire partie de ma vie. Il n’est pas le monstre que tout le monde imagine. C’est quelqu’un de bien, il a un très grand cœur. Il est généreux, aimant et très amusant. C’est ce que j’aime chez lui : il me fait toujours rire. Tout ce que je veux vraiment, c’est rire et je peux le faire avec lui ».

« Et tu penses vraiment qu’il a changé ? »

« Tout le monde a bien évidemment son opinion sur lui, par rapport à ce qu’il a fait. Cette histoire ne s’effacera jamais mais il a énormément payé pour l’erreur qu’il a faite. Je sais que c’est un passage de sa vie qu’il ne veut jamais revivre. Parfois, les gens ont besoin de se sentir soutenus et encouragés plutôt que d’être critiqués et dénigrés.

« Certes. Mais ce n’est pas votre job, si ? Vous n’êtes pas obligée d’être là pour le soutenir en permanence … ». Pour la première fois, elle me regarde droit dans les yeux et me répond : « Attendez. Vous pensez que je suis là pour le réhabiliter ? Non, non, non. Ce n’est pas mon but, croyez-moi. J’aurais pu le faire depuis le début si je pensais que c’était mon rôle. Mon travail est de prendre soin de moi, et c’est ce que je fais. Je n’en serais pas là si je ne pensais que Chris était prêt. »

« Beaucoup de gens veulent y croire. Ils sont simplement inquiets pour vous. »

« Je sais. Et croyez-moi, ça me fait énormément plaisir de savoir que les gens se soucient de moi. Je pense que c’est quelque chose qui se vérifiera avec le temps. Je n’ai rien à dire qui pourrait vous convaincre, là, maintenant. Je peux seulement vous dire que nous sommes dans une bonne atmosphère et je ne peux pas nous imaginer une seconde faire marche arrière ».

« Et si je vous disais que c’est peut-être ce que vous devriez faire ? ».

« Écoutez, je vais vous le dire tout de suite : je n’ai aucune raison de le faire. S’il me fait subir à nouveau ce que j’ai subit, voilà ce que je lui donnerai en retour : RIEN. Je fuirai simplement. Il ne peut pas s’offrir le luxe de tout détruire à nouveau. Ce n’est tout simplement pas envisageable. Cependant, je ne peux pas jurer que tout se passera à merveille … mais je suis bien placée pour savoir qu’il a été dégouté par ce qui s’est passé et je ne serais pas allée si loin si je n’en étais pas certaine. »


Rihanna sait pertinemment ce que les gens pensent : qu’elle est une suiveuse, qu’elle est un cliché, qu’elle est naïve, pleine d’illusions, une victime classique. Peut-être ont-ils raison, mais cela ne veut pas dire que ces personnes doivent confondre son amour avec de la faiblesse. « Je ne me retrouverai jamais dans le mot ‘’faible’’. Je n’aurais pas pu m’en sortir si j’avais été faible, jamais. »


Il commence à faire froid, maintenant. Le soleil s’est couché. À l’intérieur, les filles discutent encore et Rihanna part se changer pour les répétitions.


« Je la connais », nous raconte sa maman. « Je suis très fière d’elle. Rihanna a la tête sur les épaules. Je dois la laisser prendre ses décisions seule, me mettre en retrait et espérer qu’elle fera les bons choix. C’est quelque chose qui m’impressionne chez elle, son habilité à prendre la bonne décision. »


Quelques jours auparavant, au dîner, Rihanna parlait de son ancienne maison avec la piscine qui ressemblait à un lac et des raisons qui l’ont incitée à déménager. « Il y avait un tas de problèmes, notamment des fuites et beaucoup de moisissure. Il y avait littéralement un nouveau problème toutes les deux semaines. Je devais m’occuper de tellement de choses, mais je ne l’ai pas fait. Je n’avais pas envie. J’aimais vraiment cette maison. J’ai été très inspirée pour l’intérieur et la décoration, j’en ai fait un endroit très personnel. Finalement, la situation a tellement empiré qu’il était devenu impossible d’y vivre et j’ai dû m’en séparer.


« Ca craint », lui dis-je en ne le pensant pas vraiment. Elle s’arrêta et me fixa. Son regard me coupa la respiration.

« Non, ça ne craint pas. Au contraire, c’était bien, car je voulais m’en séparer mais je ne savais pas si c’était la bonne chose à faire. Une fois la maison vendue, par contre, je me suis dit : ‘’Oui, super, enfin partie !’’