Réseaux sociaux
Up

Galerie

Interview avec « Teen Vogue »

AccueilDossiersInterviews2013

Interviewée par l’éditrice Elaine Welteroth du magazine « Teen Vogue », Rihanna a eu l’occasion de revenir sur sa collaboration avec l’enseigne cosmétique « M.A.C » et leur action en faveur des personnes atteintes par le VIH et le SIDA.
 

Rihanna confesse être très émotionnée par la cause: « J’ai côtoyé tellement de gens qui ont été touchés par le VIH et le SIDA. C’est à mon tour de mieux les sensibiliser. Parce que quand les gens n’en parlent pas, ils ont l’impression que cela n’existe pas. » Elle ajoute: « Personne n’est à l’abri, à moins que vous ne vous protégiez. » En effet, selon l’ONUSIDA, un partenaire de l’ONU qui veille à ce que chacun ait accès aux préventions, traitements, soins et soutien, 2300 jeunes seraient affectés chaque jour. Pire, au niveau mondial, le taux d’infectés est deux fois plus élevés chez les jeunes femmes entre 15 et 24 ans, que chez les jeunes hommes. « Ma contribution: que tous les bénéfices soient reversés à quelqu’un qui en a vraiment besoin, » dit-elle. « Je fais cela spécialement pour les jeunes filles. » En se remémorant sa propre adolescence, elle révèle avoir été écartée de toutes relations intimes car sa mère ne lui laissait pas le choix: « Je n’étais pas autorisée à sortir avec quelqu’un. À 13 ans, ma mère me disait, ‘Tu pourras avoir un petit ami à 16 ans.’ Et à 16 ans, elle me disait, ‘Je n’ai jamais dis ça – et à vrai dire, c’est 40 ans !’ »
 
Lorsque j’entre dans la suite de Rihanna qui domine Sandy Lane Beach, son impressionnante équipe (dont sa mère, sa tante, son manager, et trois photographes personnels) est très occupée. Pendant ce temps, la star entièrement vêtue de Lanvin est à part, dans un coin, en mode « bouche de canard ». Elle pose avec son nouveau rouge à lèvres M.A.C Viva Glam, pendant que sa meilleure amie et photographe, Melissa, prend des photos. Les images de cette nouvelle couleur viennent mystérieusement de fuiter sur la blogosphère, semant la panique chez ses responsables. Mais pas RiRi ; elle reste calme et imperturbable.
 
En tant que nouvelle égérie de « M.A.C Viva Glam », la chanteuse suit les traces de Lady GaGa et Nicky Minaj afin de soutenir l’association M.A.C. AIDS, qui a récolté près de 300 millions de dollars pour la lutte contre le VIH et le SIDA. Cette cause, me dit Riri alors que nous sommes confortablement assises sur le canapé, lui tient à cœur: « J’ai côtoyé tellement de personnes qui ont été touchées par le VIH et le SIDA. C’est à mon tour de mieux les sensibiliser. Parce que quand les gens n’en parlent pas, ils ont l’impression que cela n’existe pas. » Et c’est loin d’être le cas.
 
D’après UNAIDS – un partenaire des Nations Unis qui se concentre sur l’accès pour tous à la prévention du VIH, le traitement et le soutien – environ 2300 jeunes sont touchés par le VIH chaque jour. Plus terrifiant encore: au niveau mondial, le taux d’infectés est deux fois plus élevé chez les jeunes femmes entre 15 et 24 ans, que chez les jeunes hommes. « Personne n’est à l’abri, à moins que vous ne vous protégiez, » annonce la star ardemment, en me fixant droit dans les yeux.
Beaucoup affirmeront que Rihanna est un modèle plutôt surprenant pour parler de rapports protégés, surtout lorsque l’on regarde ses publications osées sur Instagram et ses vidéos clips à caractère sexuel (enfin, avez-vous vu « Pour It Up » ?). Mais avec près de 125.887.954 followers à ce jour (dont moi !), une chose est incontestable: cette fille retient notre attention. Et @badgalriri veut l’utiliser pour la bonne cause. « Ma contribution: eue tous les bénéfices soient reversés à quelqu’un qui en a vraiment besoin, » dit-elle. « Je fais cela spécialement pour les jeunes filles. »
 
En se remémorant son adolescence, l’ancien garçon manqué avoue qu’elle était une vraie novice dans le domaine de l’amour à cause d’une barrière inébranlable: une mère stricte. (Elle rajoute que ses seins plats et sa peau couverte de piqûres de moustiques n’aidaient pas non plus: « C’était une horrible combinaison ! »). « Je n’étais pas autorisé à sortir avec quelqu’un. À 13 ans, ma mère me disait, ‘Tu pourras avoir un petit ami à 16 ans.’ Et à 16 ans, elle me disait, ‘Je n’ai jamais dis ça – et à vrai dire, c’est 40 ans !’ » (Lorsqu’elle me raconte cela, j’attends sa mère glousser de l’autre côté de la pièce.) Alors que Rihanna nous dévoile ses anecdotes difficiles à croire, ainsi que sa mission de sauver des vies grâce à du rouge à lèvre, la plus belle femme du monde devient, et bien, encore plus belle.